1

«alors là j'ai tout à fait attrapé ce qui est mis en scène : c'est l'éternel double bluff des oppresseurs ; d'un côté ils semblent percevoir nos doléances, mais d'un autre côté ils les transforment selon leur bon vouloir, selon leur propre grille de lecture du monde ; et ils prennent une tête dépitée comme s'ils n'avaient pas les coudées franches, alors qu'ils ont toujours une marge de manoeuvre, non seulement pour modifier l'état des choses mais aussi pour prendre le temps de ne pas travestir nos opinions ainsi que les leurs (car ils en ont à la base, il ne faut pas l'oublier) ;  c'est vraiment bien synthétisé dans ces quelques cases»