11

«je crois que là il n'y a pas grand chose à rajouter, il a tout bien défriché : on peut quand même se demander pourquoi il ne s'est toujours pas mis aux phrases, qu'est-ce qui l'en empêche ; quand il essaie de se le demander il ne trouve que des raisons de fatigue physique, d'épuisement corporel ; il y a quelque chose qui se traîne dans sa constitution métabolique, plus qu'une lenteur c'est un éblouissement, au sens négatif car il a souvent mal aux yeux (et pour faire des phrases il faut avoir des yeux) ; il s'étourdit ; des fois ça le mène à tout mais en général ça ne le mène à rien»